Rechercher
  • Cyrille Cointre

Comment financer l’ouverture d’un commerce sans apport ?

De nombreuses personnes souhaitent ouvrir leur propre commerce indépendant, cependant le manque de financement est un frein important pour nombre d’entre elles.


D’un point de vue juridique, Il est tout à fait possible de créer une société sans apport (ou presque). Cela est notamment permis depuis le 1er août 2003 avec le vote de la loi Dutreil, une entreprise peut être créée à partir du moment où elle a 1€ de capital. Dans le cas d’une entreprise individuelle ou d’un auto-entrepreneur, il n’y a aucun seuil minimum de capital ou d’apport pour pouvoir développer son activité. Cela facilite à tous ceux qui le souhaitent de se lancer dans l’entreprenariat.



Les activités privilégiées pour former une société sans apport sont majoritairement les activités de service car elles ne nécessitent pas d’immobilisation de fonds ou d’achat de stock et où les frais fixes seront les plus faibles possible.



Pour les autres, si la théorie permet effectivement de monter son entreprise sans apport, la pratique sera beaucoup moins souple avec votre projet. Pour financer l’ouverture d’un commerce indépendant sans apport, il est nécessaire dès le départ de réfléchir aux différents moyens de financement.


Les établissements bancaires sont d’ordinaire très frileux à l’idée d’accorder des prêts professionnels sans apport préalable des porteurs de projets. Néanmoins, l’emprunt n’est pas la seule source de financement qui existe!



La recherche de financement vous permet de découvrir de nouvelles manières de développer financièrement votre projet. En France, de nombreuses solutions sont proposées :

  1. le micro crédit est une solution de financement pour les projets inférieurs à 15.000€. L’établissement le plus connu qui pratique ce type de prêts personnel est l’Association au Droit à l’Initiative Économique ADIE.

  2. le financement participatif également appelé crowdfunding, cette méthode de financement permet de faire financer la création de projet par des particuliers ou des professionnels via une plateforme en ligne. Ainsi, toute personne intéressée par le projet peut décider de donner ou de prêter la somme de son choix afin que le commerce puisse voir le jour. De plus, il existe de nombreux avantages fiscaux en cas d’investissement dans une PME.

  3. le love money l’argent que vos proches investissent dans votre projet. Il est recommandé de faire état de l’opération par le biais d’une reconnaissance de dette afin de disposer d’une preuve en cas de différent quant aux termes du prêt.

  4. le financement de la part de professionnels du milieu, comme les Business Angels ou les fonds d’investissement, dans ce cas il est impératif de présenter une bonne étude de marché, un business plan et un plan de financement solide qui appuieront vos négociations face aux potentiels investisseurs.

  5. les prêts d’honneur à taux 0 sans caution et sans garantie, souvent proposés par des réseaux de financement d’entrepreneurs comme le Réseau Entreprendre, Initiative France, France Active, qui sont dédiés à la création ou reprise d’une entreprise. Leur montant dépend de la nature du projet mais est généralement compris entre 1.800 et 90.000€, remboursable sur 3 à 5 ans en moyenne.

  6. les aides financières de la part de divers organismes, de votre Région, de la Chambre de commerce, des Chambres de Métiers et de l’Artisanat, de la Banque Publique d’Investissement BPI, des subventions nationales et européennes …

  7. les aides à la création d’entreprise comme l’ACCRE qui permet de bénéficier d’une exonération partielle des charges sociales les premières années pour les demandeurs d’emploi, l’ARCE qui permet de prendre 45 à 50% de ses droits au chômage en deux fois (environ un mois après l’immatriculation du commerce, puis 6 mois après) ou encore le Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes FGIF.

  8. les concours destinés aux créateurs ou nouveaux chefs d’entreprise. Ils sont parfois destinés à des publics spécifiques ou des secteurs définis. À la clés des dotations financières.

  9. les incubateurs sont des structures d’appui à la création d’entreprise qui peuvent vous mettre en relation avec des investisseurs désireux de participer au capital de votre entreprise et qui pourra apporter ses apports personnels et dirigera la société à vos côtés.


La clé de la réussite dans l’ouverture d’un commerce indépendant ne réside pas exclusivement dans l’investissement financier mais, bel et bien dans l’investissement personnel du porteur de projet.


12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout